Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

GloomCookie

GloomCookie
Auteur
Serena Valentino (scénario) et Ted Naifeh (dessins)
Editeur (Collection)
Akiléos (Regard Noir et Blanc)
Date de parution
Novembre 2006
Prix
20€
Nombre de pages
232
Episodes VO
GloomCookie Collection #1-6 (Ed. Slave Labor Graphics)
gloomcookie

GloomCookie s'attache à suivre les pas d'un groupe de personnages aux destins liés... de façon tout à fait originale. Il y a Lex, laquelle est amoureuse de Max. Max n'éprouve rien pour elle (quoique...) et aime la faire marcher. Il y a Isabella, la " Reine " de la communauté goth, qui aime exercer son emprise sur les autres. Et enfin, il y a Sebastian, lequel ignore tout de son passé, et sa petite amie, Chrys, qui n'aurait pas fait de mal à une mouche avant de rencontre le monstre caché sous le lit de Sebastian. Bref, il se passe beaucoup de choses dans les récits de Serena Valentino et Ted Naifeh : trahisons, amours déçues, mauvaise poésie et monstres sous le lit sont au rendez-vous pour les protagonistes de ce conte de fées moderne.

Ted Naifeh, avant Courtney Crumrin

Avant Courtney Crumrin, merveilleux bijou gothique sur l’adolescence, Ted Naifeh s’est fait connaître en illustrant les 6 premiers épisodes de la ongoing GloomCookie, en 2001. Les habitués de la petite Courtney ne seront pas dépaysés : on reste peu ou prou dans le même univers, en suivant quelques jeunes personnes appartenant à une communauté goth d'une grande ville. Leurs différentes interactions sera illustrées par le biais de petites historiettes, qui vont progressivement se rattacher à un fil directeur surnaturel nous promettant un bon climax final.

 

 

Le ton de l’album est résolument poétique avec une bonne dose de fantastique, et nous promet également quelques réflexions pertinentes sur l’adolescence d’aujourd’hui. En effet, les protagonistes sont pour la plupart tous jeunes et ont un profil à chaque fois singulier et intéressant : la faussement exubérante Lex, Sebastien et son grand monstre caché sous son lit, le marginal Max, ou encore la timide Chrys, qui sera possédée par une créature au début de l’album. L’univers posé est donc plutôt riche, en particulier pour ce qui s’agit des interactions entre les personnages et de l’évolution de ceux-ci : une personne du groupe se révèle être une gargouille suite à un sortilège, la « reine » de la communauté goth, si parfaite, cache en réalité bien des secrets, un jeune ado va découvrir son passé dans un cirque ambulant tendance « freaks »... L’univers évolue donc beaucoup sur ces six épisodes, mais malheureusement l’ensemble n’est franchement pas très emballant, l’album ayant en effet beaucoup vieilli : l’univers gothique et toute son esthétique commençait à peine à devenir grand public à l’époque de la sortie vo de l’album, mais n’est maintenant plus du tout original et même plutôt convenu. Le scénario de Serena Valentino (auteur spécialisée dans les récits tendance gothique pour ados) peine également à intéresser, la faute à une narration peu maîtrisée (des longueurs parfois, et des changements trop brusques d’autres fois) et à des dialogues et situations parfois poussifs. Le tout reste quand même très aéré et se laisse bien lire, mais on en ressort sans réel enthousiasme et sans avoir envie d’en reprendre une louche.

 

 

Quant à Ted Naifeh, il n’était pas encore le grand artiste que l’on connait et commençait juste à percer... On reconnaîtra néanmoins aisément son style si particulier : son graphisme légèrement anguleux, ses personnages aux allures cartoony et légèrement elfiques ainsi que son design gothique (notamment les bâtiments) et son noir et blanc bien dosé et profond. Seulement, l’ensemble est nettement moins affirmé que sur ses œuvres ultérieures (Courtney Crumrin, Polly et les Pirates, Mortis Junior), en particulier s’agissant de son trait trop carré pour être agréable à l’œil, de ses personnages filiformes à outrance et de la sensation un peu négligée qui émane de l’album (l’ensemble manque de détails). En ce sens, le grand format des éditions Akiléos finit finalement par desservir l’album... Bien heureusement, Naifeh nous offre un storytelling déjà maîtrisé et parfaitement dosé, mais c’est là un bien maigre lot de consolation...

 

 

Réalisé il y a seulement un peu plus de 10 ans et déjà daté, GloomCookie ne ravira que les jeunes amateurs d’ambiance gothique, et les férus du trait de Ted Naifeh. Achetez plutôt Courtney Crumrin.

Derniers commentaires

You are here: Autres Autres GloomCookie
icone_rss