Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

La Ballade de Halo Jones

La Ballade de Halo Jones
Auteur(s) Alan Moore (scénario), Ian Gibson (dessin)
Editeur (collection)
Soleil (Soleil US Comics)
Date de parution
Août 2011
Prix 25€
Nombre de pages
200
Episodes VO 2000AD #376-385, 405-415, 451-466
Halo Jones

L'Anneau : un monde futuriste où les plaisirs sont aussi inexistants que les projets d'avenir. C'est là que vit et meurt d'ennui la jeune Halo Jones. Jusqu'au jour où elle décide de partir découvrir la galaxie. Par n'importe quel moyen.

Mais pourra-t-elle faire face aux aléas de ce périple vers l'inconnu, qui la verra passer du statut de serveuse sur un vaisseau de croisière à celui de combattante dans une terrifiante campagne militaire, durant une guerre défiant les lois de la physique spatiale et temporelle ?

2000AD ou les débuts d'Alan Moore

Les éditions Soleil continuent à notre plus grand bonheur leur tour d’horizon des débuts d’Alan Moore dans le magazine britannique 2000AD, au milieu des années 80. Après une compilation de courts récits et une intégrale « D.R. et Quinch », c’est au tour de « La Ballade de Halo Jones » de nous en mettre plein les mirettes, en attendant « Skizz » en février.

La jeune Halo Jones vit dans « l’Anneau », sorte de ghetto situé à proximité de Manhattan, en l’an 4000 et des brouettes. Un endroit bouillant, qui fleure bon le métal, et un véritable couperet galactique. Ne supportant plus de vivre dans ce parc à rebuts où le simple fait de faire ses courses relève du parcours du combattant, elle décide pour la première fois depuis sa naissance de quitter son enclave, et même plus largement de quitter la planète.

Ce voyage initiatique bourré de péripéties va permettre à Alan Moore de développer un personnage féminin fort, déterminé, un personnage humain sensible mais dont la vie va apprendre à se forger une carapace. Un personnage qui est bien décidé à ne pas se laisser marcher sur les pieds et encore moins à se résigner devant une situation compliquée. Bien avant Promethea, League of Extraordinary Gentlemen ou encore Lost Girls, le vernis féministe dont Alan Moore englobe l’histoire est évident et bienvenu. Mais ce message n’est bien évidemment pas le seul, et Moore profite de ce monde futuriste corrompu et inégalitaire pour épingler comme il se doit les travers de notre société : ghettoïsation, mondialisation à outrance, pollution, discriminations, déshumanisation de l’individu (dans une charge virulente contre l’armée, au moins aussi pertinente qu’un Full Metal Jacket), tout est traité à l’extrême (quoique…) dans cet univers qui n’est pas sans rappeler le futur Transmetropolitan.

Bien évidemment l’album ne se définit pas uniquement par les messages politiques qu’Alan Moore fait passer mais propose bien une vraie aventure pleine de personnages truculents et de concepts complètement barrés dont seul Alan Moore a le secret (un personnage sans identité et invisible aux yeux de tous, ou encore une guerre se passant sur une planète à la gravité élevée où le temps s’écoule différemment selon les endroits…), prenant place en plus dans un univers science-fictionnesque cohérent, dense et loufoque.

Un univers que Ian Gibson retranscrit à la perfection de son trait fouillé et précis très 80s. Tout en détails mais sans fioritures, ses décors, costumes et vaisseaux sont dans la droite lignée du magazine 2000AD (pensez à Judge Dredd), et donc également de son pendant francophone, Metal Hurlant (Druillet, Bilal, Moebius…). C’est beau, chargé sans être lourd, et le storytelling varié et dynamique est à chaque fois façonné pour servir le scénario. On peut lui reprocher parfois quelques cafouillages, mais dans l’ensemble Gibson réalise vraiment un excellent travail.

Et au passage, un grand merci aux éditions Soleil pour nous proposer de si belles éditions reprenant les premiers travaux d’Alan Moore. Reliure, papier, prix, tout respire le professionnalisme. On regrettera juste un nombre assez important de fautes de frappes qui viennent malheureusement gâcher la lecture.

Une bien belle odyssée composée d’un savant cocktail de personnages féminins forts, de science-fiction, d’aventures, d’humour et d’émotions, dans un univers intéressant et avec en plus une critique acerbe de notre société contemporaine… que demande le peuple ?

Derniers commentaires

You are here: Autres 2000AD La Ballade de Halo Jones
icone_rss