Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

D.R. & Quinch, délinquants cosmiques

D.R. & Quinch, délinquants cosmiques
Auteur(s) Alan Moore (scénario), Alan Davis (dessin)
Editeur (collection)
Soleil (Soleil US Comics)
Date de parution
Février 2011
Prix 20€
Nombre de pages
109
Episodes VO 2000 AD 317, 350-359, 363-367, 525-530, 532-534, Sci-Fi Special 1985
d.r. et quinch

D-R et Quinch sont deux adolescents extraterrestres en échec scolaire et familiers des maisons de redressement. Accusés de kidnapping, incendie volontaire, coups et blessures, détentions d'armes atomiques illégales, pillages de tombes, torture, diffamation, chantage, pollution, vol à l'étalage, sept cent quatorze différentes infractions en vol, contrefaçon de reliques, transmutation de plomb en or, génocide, crachat sur la voie publique et de trente deux autres infractions si rares et si horribles qu'elles n'ont pas de noms ... Ils vont sillonner le temps et l'espace pour commettre les actes de délinquance les plus hallucinants !

Les débuts d'Alan Moore

Comme tout bon auteur de comics britannique qui se respecte, Alan Moore a débuté en tant que scénariste dans le magazine anglo-saxon 2000 AD. Et dans la droite lignée de leur Alan Moore : Les inédits, Soleil continue son chemin d’édition et de réédition des travaux oubliés d’Alan Moore en nous proposant les aventures de D.R. & Quinch. Des délinquants cosmiques, comme le précise si bien le sous-titre de l’album.

Narré du point de vue de D.R., cet album d’une grosse centaine de pages (mais plutôt denses, donc pas d’inquiétude pour l’investissement des 20€) est composé d’une succession d’histoires courtes (4-5 pages généralement) nous racontant les faits et méfaits de ce duo d’extra-terrestres aussi imprévisible qu’intelligemment malsains. Maintes fois condamnés, le tandem ne se complait que dans l’ultra-violence, la provocation, la destruction, et à l’échelle galactique s’il-vous-plait. Cela reste néanmoins une série humoristique, et le ton est donc volontairement léger, décalé, Alan Moore aimant bien surprendre le lecteur en allant à l’encontre de ses attentes. Ca reste donc très bon enfant, avec de l’humour assez cynique (généralement tout est dans les dialogues) mais qui ne fonctionne pas toujours. Alan Moore débutant, il faut bien avouer que l’humour est assez facile et que l’ensemble a quelque peu vieilli. De même, la narration à la 1ère personne par D.R. alourdit considérablement l’ensemble. Mais bon, il reste un petit charme désuet de ces différents récits, et certains passages valent franchement le coup d’œil, comme ce vétéran des marines devenu complètement fou et halluciné et ne voyant la réalité que déformé par ses sordides expériences passées.

Sur les dessins, c’est le grand Alan Davis, qui lui aussi débute. Que ses détracteurs se rassurent, son trait a étrangement plus de personnalité qu’actuellement. Un peu plus rugueux, en tout cas moins lisse qu’aujourd’hui, le bonhomme sait proposer un storytelling varié, un trait puissant, souple et dynamique, et surtout des décors et toute une palettes de monstres, créatures et extra-terrestres aussi variés que savoureux, annonçant déjà Captain Britain et Excalibur. De plus, le noir et blanc fait ressortir son trait de bien belle manière, et ce malgré certaines planches qui bavent un peu, dû sans doute à la mauvaise qualité du matériau d’origine. En tout cas la grande classe pour le dessin.

On a donc en gros une série humoristique de science-fiction, décalée et originale bien qu'un peu vieillotte, on sent qu'Alan Moore n'en est qu'à ses débuts et n'est pas encore à l'aise dans le monde de la bande dessinée. Malgré ça, Alan Davis vient largement rehausser le niveau. A ne réserver donc qu'aux fans de cet artiste ou aux aficionados acharnés du barbu.

Derniers commentaires

You are here: Autres 2000AD D.R. & Quinch, délinquants cosmiques
icone_rss