Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Starman - Omnibus t.1

Auteur
James Robinson (scénario), Tony Harris (dessin)
Editeur (Collection)
DC Comics
Date de parution
Juin 2008
Prix
49.99 $
Nombre de pages
448
Episodes VO
Starman vol.2 #0-15
Correspondance VF
Inédit (Éditions Panini, courant 2009)

 

At last — the hit series created by James Robinson (BATMAN: FACE THE FACE) and Tony Harris (EX MACHINA) of the 1990s is collected in a series of six spectacular hardcover editions. This inaugural volume features a new cover by Harris and collects STARMAN #0-16, originally published from 1994 to 1996.

L'Âge des étoiles...

Suite à la mort de son frère David, Jack Knight devient bien malgré lui le nouveau défenseur d'Opal City. Portant tout le poids de son héritage, Jack, qui a bien du mal à s'entendre avec son père Ted (le Starman originel), doit accepter son destin et faire front contre des forces qui menacent ce qui reste de sa famille…

Créée par James Robinson (JLA : The Golden Age) et Tony Harris (Ex Machina) dans les années 90, la série Starman, acclamée par la critique, est à nouveau publiée dans une collection de 6 Omnibus par DC. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ce premier tome est à la hauteur de nos espérances ! Nouvelle couverture cartonnée dessinée par Tony Harris, papier fin mais de qualité, ce livre est un très bel objet !

Avec cette nouvelle édition, ce qui saute tout de suite aux yeux en comparaison des anciens recueils, c'est le traitement de la couleur. Ici, justice est rendue au travail de Gregory Wright. Les bleus accompagnants les apparitions de The Shade sont profonds et envoûtants … Lors des flashbacks, le rouge saturé du costume de Starman appele le regard et restitue parfaitement son côté iconique… Pour faire court : c'est beau !

Pour rester sur le sujet de l'image, la partie graphique est exécutée par Tony Harris. Très encrée dans les années 90, sa mise en scène fait, pour la plupart du temps, abstraction des gouttières. Les planches sont ainsi souvent composées de dessins superposés les uns sur les autres. Si, parfois, ce parti-pris engendre une diminution de la lisibilité de l'œuvre, les compositions de page ont le mérite d'être souvent innovantes et de ne pas laisser le lecteur se reposer sur ses acquis. Dynamique et rythmé, ce storytelling rappellera donc sans doute à certains ''l'école Image des 90s''. Avis aux détracteurs… Concernant le style de l'illustrateur, rien à voir avec les dessinateurs-stars de l'éditeur sus-cité. Les personnages représentés par Harris possèdent des visages très expressifs, à la limite du grimaçant et sont souvent représentés dans des poses presque improbables ou insolites qui confèrent à la série un côté ''freak'' des plus réussi. Si, dans les premiers épisodes, l'artiste est encore hésitant, à partir de l'excellent Talking With David '95 (#5, qui voit Jack rencontrer son frère précédemment décédé), Tony Harris s'approprie vraiment la série pour nous offrir, au fil des épisodes qui suivent, un travail en constante amélioration.

Sur le fond, James Robinson produit peut-être LA bande-dessinée super-héroïque par excellence ! Si le héros doit accepter son destin, il doit surtout succéder à son père. Le scénariste nous décrit donc un Starman moderne (Jack est désinvolte, il préfère un blouson et de drôles de lunettes au costume d'origine), mais également un héros qui porte sur ses épaules tout l'héritage du Golden Age (les accessoires de son père, le souvenir de sa mère). Ce choc père/fils, passé/présent, ancien/nouveau est une constante dans l'œuvre. Le lecteur ne sera donc pas étonné de voir que l'alter-ego de Starman est un jeune homme tiraillé entre les époques. D'un côté, Jack Knight est souvent opposé à son géniteur dans un conflit générationnel, mais en même temps il vit par et pour le passé en marchandant de vieux bibelots et autres trésors désuets. Il en va de même pour les personnages qui l'entourent. Si Mist était l'ennemi juré du Starman/Ted Knight, sa fille Nash (qui, elle aussi, succède à son père) devient la Nemesis du Starman/Jack Knight. Pour l'aider à accepter son nouveau statut de défenseur d'Opal City, Jack sera étonnamment guidé par The Shade qui s'avère être un super-vilain immortel issu du Golden Age. Passé et présent sont ici indissociables…

Si la série peut être appréhendée de plusieurs façons (simple histoire super-héroïque, récit sur la filiation, etc ...), elle offre aussi un plaisir instantané par la simple lecture. En effet, le style d'écriture de Robinson est un pur bonheur. Avec un anglais soutenu, il s'amuse avec les mots, les faits chanter et résonner pour mieux transporter son lecteur. Non seulement, l'auteur propose un fond diablement intéressant, mais en plus il y met la forme. Absolument délicieux !

Starman… Une série sur la famille, la filiation, l'héritage, la destinée…  Une série super-héroïque intelligente offrant de multiples niveaux de lecture… Une série merveilleusement bien écrite…

Starman, une série de grande classe à posséder absolument dans sa collection !!!

Derniers commentaires

You are here: DC Starman vol.2 Omnibus t.1
icone_rss