Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Green Lantern Corps - Recharge

Auteur
 Geoff Johns, Dave Gibbons (scénario), Patrick Gleason (dessin)
Editeur (Collection)
 DC Comics
Date de parution
 Juin 2006
Prix
 12.99 $
Nombre de pages
 160
Episodes VO
 Green Lantern Corps : Recharge #1-5
Correspondance VF
 DC Universe HS #4 (Éditions Panini)

 

Collecting the best-selling 5-issue miniseries! With the Guardians of the Universe back, the time has come to re-form the fabled Green Lantern Corps. While some familiar ring-wielders return to duty, others are recruited — and not everyone appreciates being drafted!

Kit de recharge

Reprenant en main la protection de l'Univers contre les forces du mal, Les Gardiens reforment le légendaire Green Lantern Corps. Appelés sur la planète Oa, des hommes et femmes de tous les horizons sont choisis pour être engagés dans cette nouvelle troupe de défenseurs intergalactiques. Alors que les vétérans reprennent volontiers leurs devoirs, certains parmi les jeunes recrues se sentent enrôlés contre leur volonté pour une vie qu'ils n'ont pas choisie. Tandis que la tension monte, ces Green Lantern inexpérimentés seront confronté à une menace qui met en péril la planète Oa ainsi que Les Gardiens… Le rêve de restaurer le Green Lantern Corps se verra-t-il mourir dans l'œuf ? Et l'univers tout entier en paiera-t-il le prix ?

Quand le relaunch de Green Lantern fonctionne (notamment d'un point de vue pécuniaire), pourquoi ne pas en faire de même avec Green Lantern Corps, sa série sœur ? C'est certainement ce qu'ont dû penser les décideurs de DC en reprenant pratiquement la même formule qui avait souri à la renaissance d'Hal Jordan : un (ou des) auteur(s) bien en vue, une minisérie avec un titre en Re-quelque chose, puis finalement la relance du titre. A l'écriture, on retrouve donc Geoff Johns (Green Lantern : Rebirth, Green Lantern vol. 3), mais cette fois accompagné de Dave Gibbons. Ecrit à quatre mains, le scénario des deux auteurs rebondit sur les événements de Rebirth et voit donc le Green Lantern Corps se reformer avec, en têtes d'affiche, Guy Gardner et Kyle Rayner. Pour ne pas perdre les nouveaux venus en route, les deux compères-scénaristes intègrent de nouvelles recrues au sein de la police intergalactique : Soranik Natu, Isamot Kol, Vath Sarn, etc... Cet astucieux procédé permet, notamment, aux lecteurs novices de rentrer plus facilement dans l'histoire et surtout dans la très dense mythologie des Green Lantern. Mais que les vieux de la vieille se rassurent, Johns et Gibbons ne les ont pas oubliés (le contraire eut d'ailleurs été étonnant) ! C'est donc avec un énorme plaisir qu'on retrouve l'inénarrable Kilowog persécutant les jeunes bleus, mais aussi l'inflexible Salaak plus droit que la justice, et pleins d'autres encore. Moins super-héroïque et beaucoup plus ''spatialement galactique'' que la série Green Lantern principale, le récit se prend surtout bien moins au sérieux. Laissant facilement la place à l'humour (même gras), le duo d'écrivains se lâche avec notamment un Guy Gardner toujours dans les starting-blocks pour tout ce qui touche de près ou de loin à la gaudriole. Les enjeux quant à eux sont de taille. Collant parfaitement à la nouvelle donne des titres ''verts'' de DC, ils tiennent en haleine sans problème le long de ces 5 épisodes qui se lisent d'une traite. En conclusion, les fans de Star Wars, Babylon 5 et autres space opera peuvent y aller les yeux fermer.

Au graphisme, c'est Patrick Gleason (Aquaman, JSA, X-Men Unimited, etc.) qui s'y colle. Si, avec des personnages massifs et son trait plutôt appuyé, l'artiste convient de prime abord bien à la série, on regrettera tout de même quelques imprécisions et divergences de parts et d'autres dans les visages qu'il dessine. Et bien que l'on puisse attribuer cela au côté rigolard de l'histoire (côté accentué par des traits d'expression très ''cartonny''), ce laxisme porte tout de même préjudice à l'appréciation générale de l'œuvre. Les compositions de pages de l'artiste, quant à elles, rattrapent bien le coup. Elles sont en effet très variées et donnent un bon rythme de lecture. On passe allègrement d'un agencement classique avec gouttières à des dessins de fond sur lesquels viennent se superposer des vignettes, ou encore à un mélange des deux avec des découpages de cases innovants… Cela en ferait presque passer le défaut sus-cité aux oubliettes, tant la dynamique amenée par cette bonne gestion du storytelling sert pleinement le scénario.

Fun et décontracté, Recharge, comme son ''cousin'' Rebirth, rempli tout à fait son cahier des charges… La suite dans Green Lantern Corps Vol. 2 !

Derniers commentaires

You are here: DC Green Lantern Corps Green Lantern Corps mini-séries Green Lantern Corps - Recharge
icone_rss