Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

t.5 - Le retour de Bruce Wayne

Grant Morrison présente Batman t.5
Auteur
Grant Morrison (scénario), Chris Sprouse, Frazer Irving, Yanick Paquette, Georges Jeanty, Ryan Sook, Lee Garbett (dessin)
Editeur (Collection)
Urban Comics (DC Signatures)
Date de parution
Juin 2013
Prix
6€
Nombre de pages
240
Episodes VO
The Return of Bruce Wayne #1-6
grant-morrison-presente-batman-tome-5

Bruce Wayne a été envoyé à l'aube de l'humanité par le tyran Darkseid. Amnésique, il va devoir user de toutes ses ressources pour retrouver son chemin dans le temps, se projetant à chaque fois plus en avant dans les époques, pourchassé par une créature de Darkseid. Au passage, il rencontre ses ancêtres et découvre la vérité sur l'identité du Dr Hurt.

Bat-Sapiens, Bat-Pirate et Bat-Cowboy !

Le précédent tome de l’anthologie « Grant Morrison présente Batman » vous avez paru complexe, éclaté, fou ? Bienvenue dans le tome 5, qui place la barre encore plus haute ! Comme vous vous en souvenez, suite à sa confrontation avec le maléfique et divin Darkseid, notre homme chauve-souris avait été catapulté en pleine époque préhistorique. On va découvrir dans cet album contenant l’intégralité de la mini-série « Return of Bruce Wayne » que notre héros est devenu en partie amnésique et qu’il est poursuivi par une créature dévoreuse de temps de Darkseid ! Pendant ce temps, nos grands héros DC (Superman, Wonder Woman, Green Lantern et consorts) le recherchent également, tout en se rendant compte qu’au fur et à mesure des voyages dans le temps que Batman devra accomplir pour rentrer chez lui, il sature d’énergie Oméga et devient une véritable bombe sur patte.

6 épisodes en tout et pour tout (ce qui fait quand même peu pour ce volume de l’anthologie...), qui vont à chaque fois nous faire plonger dans une époque différente, avec un dessinateur différent. C’est l’occasion pour Morrison de revisiter la bat-mythologie à sa sauce, tout en éclaircissant/résolvant quelques intrigues (Thomas Wayne, le Dr Hurt, Barbatos...) et en rendant hommage pour chaque épisode à un pan de la culture populaire : pulps pour le 1er épisode se situant à la préhistoire, western-spaghetti pour l’épisode se déroulant au Far West, ou encore film noir pour l’épisode se situant dans la première moitié du XXème siècle. Malgré une évidente bonne volonté et un plaisir non feint à faire intervenir Batman dans différentes époques, Morrison nous perd un peu en chemin. Parce que l’ensemble est d’une complexité assez rebutante d’abord, mais également puisque la plupart des liens avec l’univers Batman et autres références semblent un peu tirés par les cheveux (par exemple Jonah Hex en guest-star inutile). Si on ajoute à cela une assez mauvaise gestion du rythme, même si certaines scènes valent leur pesant de cacahuètes, ce retour de Bruce Wayne fait un peu pétard mouillé...

Heureusement, pour une fois les dessins vont rattraper cela. Hormis un George Jeanty (le principal dessinateur des nouvelles séries/saisons de Buffy) que j’ai rarement vu aussi mauvais (tout est brouillon et pas fini, et certains visages sont limite irregardables), le reste de la troupe fait le bonheur de nos mirettes : Chris Sprouse (Tom Strong, Midnighter) et Yannick Paquette (Seven Soldiers : Bulleteer avec Morrison) sont toujours aussi efficaces, et semblent se faire plaisir à croquer notre Batman à différentes époques (respectivement au néolithique et chez les pirates), tandis que Ryan Sook (Seven Soldiers : Zatanna, encore avec Morrison, X-Factor) et son trait sombre et sophistiqué conviennent parfaitement à l’avant-dernier épisode, hommage aux polars d’antan. Quant à Frazer Irving (Seven Soldiers : Klarion the Witch Boy avec... Morrison ! Ou encore l’excellent Iron Man : Inevitable avec Joe Casey), son style un peu grotesque et cartoony, allié à des couleurs profonde et bleutées, rend quasiment palpable l’atmosphère fantastico-horrifique qui émane de l’épisode médiéval centré sur la sorcellerie. C’est Lee Garbett qui conclue la mini-séries, d’un style passe-partout mais suffisamment profond, précis et détaillé pour nous combler.

En somme, ce Return of Bruce Wayne est malheureusement un rendez-vous manqué, Morrison ayant voulu trop en faire sans forcément se soucier ni du lecteur, ni de la cohérence de son récit. Bien heureusement, le scénariste n’est pas un manchot et l’ensemble est loin d’être mauvais, et cette mini-série n’en reste pas moins une étape cruciale dans son run et dans la carrière de notre justicier masqué. A tome à relire pour être sûr de ne rien louper. Et vivement la suite, donc !

Derniers commentaires

You are here: DC Batman Grant Morrison présente Batman t.5 - Le retour de Bruce Wayne
icone_rss