Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

t.4 - Le dossier noir

Grant Morrison présente Batman t.4
Auteur
Grant Morrison, Peter Milligan, Tony Daniel, etc.
Editeur (Collection)
Urban Comics (DC Signatures)
Date de parution
Janvier 2013
Prix
22€50
Nombre de pages
296
Episodes VO
Batman #113, 156, 452-454, 682-683, 700-702, Detective Comics #215, 237, 267, World's Finest #89
grant morrison batman 4

Qu'est-il arrivé à Bruce Wayne ? Quel sort lui ont réservé les troupes de Darkseid lors de la "Crise Finale" ? Qui a tué le docteur Carter Nichols, spécialiste du voyage dans le temps ? Quelles sont les vraies origines du Dr Hurt ? Du Club des Héros ? Du Batman de Zur-En-Arrh ? Toutes les réponses se trouvent dans le Dossier Noir : les aventures qui ont mené Batman et Robin aux frontières du réel !

Morrison et le Silver Age

Ami lecteur attention, si les trois précédents tomes de Grant Morrison présente Batman étaient déjà d’une jouissive complexité et d’une impressionnante profondeur, ce quatrième opus place la barre encore plus haute ! Et pourtant, seulement 5 épisodes de Grant Morrison nous sont présentés ici, le reste de l’album incluant des anciens épisodes du Silver Age (années 50 et 60), ainsi qu’un arc de trois épisodes des années 90 signé Peter Milligan et Kieron Dwyer.

 

Les 4 premiers épisodes (Batman #682-683 et #701-702), après nous conter la suite du combat entre Bruce Wayne et son père où notre héros disparaissait dans un crash d'hélicoptère, voient notre justicier masqué torturé mentalement par les sbires de Darkseid, pendant l’événement DC Final Crisis. En résulte un maelström de souvenirs épars, parfois fantasmés, parfois réels. Morrison nous fait plonger très loin dans l’esprit torturé de Batman, et même si une connaissance assez pointue de l’univers de l’homme chauve-souris ainsi qu’une très bonne concentration sont de rigueur pour apprécier ces planches, on ne peut qu’être enthousiasmé devant l’apparente facilité auquel Morrison s’acquitte de la tâche. Et pour peu qu’on prenne le temps de s’y investir, ce condensé psychédélique dense, sombre et plein de faux-semblants est franchement savoureux et se délecte avec plaisir. Un véritable tour de force encore une fois exécuté avec brio par Morrison, qui convoque toute la mythologie Batman, passée, présente et future, afin de bien nous faire comprendre que tout est lié et qu’il sait parfaitement où il nous emmène. Et si l’on a cru Batman mort précédemment, la fin de l’épisode 702 change considérablement la donne avec cette révélation que tout le monde connaît depuis déjà un moment : Batman, en se sacrifiant pour contrer Darkseid, s’est retrouvé plongé... en plein dans l’époque préhistorique ! Les dessins sont encore exécutés avec maîtrise par le très correct Tony Daniel, plutôt à l’aise quand il s’agit de coucher sur papier les idées démentes du scénariste, et on assiste également aux débuts de Lee Garbett sur la série, jeune anglais ayant débuté chez 2000AD et au moins aussi plaisant que Daniel.

 

Encore plus ambitieux, l’on va assister dans l’épisode #700 rien de moins qu’à une histoire convoquant les Batmen de trois temporalités différentes ! Bruce Wayne l’ « ancien » Batman, Dick Grayson qui a repris la relève suite à sa disparition et Damian Wayne, Batman du futur, vont en effet être confrontés à la même menace et un astucieux jeu de boucle temporelle va faire le reste. Un épisode intéressant mais peut-être un peu trop ardu pour être pleinement jouissif, d’autant qu’une fois encore on a l’impression de ne pas avoir toutes les clés en main et que des révélations suivront prochainement. L’intérêt réside surtout dans le dessin, où les dessinateurs attitrés des différentes versions du Batman par Morrison vont officier : Tony Daniel pour Bruce Wayne, Frank Quitely pour Dick Grayson et Andy Kubert pour Damian Wayne, auquel on ajoutera quelques planches de Scott Kolins qui va changer radicalement son style en apportant une touche un peu plus abrasive qu'à l'accoutumée, et David Finch. Du talent, en somme, et un petit régal pour les yeux. Et cet épisode #700 conclut la dose de Morrison de l'album.

 

Le reste de l’album va comprendre quelques perles du silver age de Batman : en tout 6 épisodes des séries Detective Comics, World’s Finest Comics et Batman que Morrison va réutiliser dans son run : on va ainsi avoir droit aux histoires mettant en scène pour la première fois le Club des Héros, le Batman de Zur-En-Arrh, Bat-Mite ou encore le Dr Hurt. Des épisodes dont l’inventivité et la naïveté qui s’en dégage confèrent un charme certain, et qui vont être assurés par Ed Hamilton, Frances Ed Herron et Bill Finger (créateur de Batman) au scénario, et par Sheldon Moldoff (un des plus fameux artistes fantôme de Bob Kane) et Dick Sprang aux dessins. Au-delà de l’intérêt historique que l’on peut avoir à lire ses épisodes, il va sans dire qu’ils rajoutent encore de la plus-value au run homérique de Grant Morrison. Valeur ajoutée qu’on va également retrouver avec les Batman #452-454 contenant l’arc « Dark Night, Dark City » de Peter Milligan, et qui va introduire le concept de Barbatos réutilisé par la suite par Morrison. Malheureusement, la qualité se fera nettement moins sentir pour cette histoire de plan machiavélique élaboré par l’Homme-Mystère et visant à ressusciter un démon ancestral. Très typés 90s, les trois épisodes se traînent assez mollement et nous gratifient d’une violence inutile et d’un développement poussif. Seule la fin s’avère concluante, et la partie graphique n’est pas là pour rattraper l’ensemble puisque même si Kieron Dwyer s’avère plutôt bon en storytelling, les finitions de son dessin sont plus que bâclées. Un rajout à l’album plutôt pertinent mais dont on se serait quand même bien passé.

 

En bref, le Batman de Morrison pousse le curseur encore plus loin dans la complexité, dans la profondeur, dans l’arrogance aussi, tout en restant d’une cohérence impressionnante. Un run qui gagne de la valeur à chaque album, et qui est rehaussé ici par les compléments offerts et dont Morrison a su tirer la moelle avec brio. Vivement la suite !

Derniers commentaires

  • Y The Last Man t.10
    Hello, Neat post. There's a problem with your site in internet explorer, wo... Suite...
    21/05/17 - 06h33
    Par Guest
  • Policier puis fantastique.
    Hello, Neat post. There's an issue along with your site in internet explore... Suite...
    14/05/17 - 16h14
    Par Guest
  • Glossaire
    This page really has all of the information I wanted concerning this subjec... Suite...
    04/05/17 - 05h14
    Par Guest
  • Glossaire
    I love your blog.. very nice colors & theme. Did you make this website your... Suite...
    04/05/17 - 01h14
    Par Guest
  • Into The Negative Zone
    I see your page needs some fresh & unique articles. Writing manually is tim... Suite...
    30/04/17 - 18h58
    Par Guest
  • Callipygie ?
    Great goods from you, man. I have understand your stuff previous to and you... Suite...
    29/04/17 - 03h17
    Par Guest
You are here: DC Batman Grant Morrison présente Batman t.4 - Le dossier noir
icone_rss