Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

t.2 - Batman R.I.P.

Grant Morrison présente Batman t.2
Auteur(s) Gran Morrison (scénario), Tony Daniel (dessin)
Editeur (collection)
Urban Comics (DC Signatures)
Date de parution
Juillet 2012
Prix 22€50
Nombre de pages
296
Episodes VO 52#30 et 47, Batman #672-681, DC Universe #0
Grant Morrison présente Batman T2

Le Gant Noir se referme sur Batman et l’armĂ©e du Dr Hurt s’apprĂŞte Ă  conquĂ©rir Gotham City. Les alliĂ©s du Chevalier Noir parviendront-ils Ă  aider ce dernier, battu et brisĂ© psychologiquement ? Bruce Wayne a-t-il enfin atteint la limite de ses capacitĂ©s : sa guerre contre le crime s’achèvera-t-elle tragiquement avec sa mort ?

Batman est mort, vive Batman !

Après un premier « Grant Morrison présente Batman » aux sagas plutôt disparates (pas en termes de qualité mais surtout de narration et de thématique), ce deuxième album au titre très équivoque de « Batman R.I.P. » va s’avérer beaucoup plus structuré… Et plus sombre aussi.

 

Il faut bien l’avouer, malgré son excellence, “L’héritage maudit” ressemblait plus à une suite de mini-séries qu’à une ongoing, même si Grant Morrison plaçait ça et là des éléments qui lui permettront d’impulser ce deuxième tome. Et qu’en est-il, d’ailleurs ? Les 296 pages ( !) de l’album ne contiennent en réalité que deux sagas : « Batman meurt à l’aube » et « Batman R.I.P ». Dans la première, Batman se fait tirer dessus par le troisième des « trois fantômes », les faux Batman qui avaient été créés par la police de Gotham afin de palier à une éventuelle absence du héros au costume de chauve-souris, et qui étaient littéralement devenus fous… Notre protagoniste va faire un arrêt cardiaque à la suite de cette balle stoppée en pleine poitrine par son blason renforcé, et se faire capturer et réanimer par le faux Batman. Cette aventure, assez éprouvante pour notre héros et inquiétante pour le lecteur, n’est pas ce que Morrison a fait de plus élaboré mais est suffisamment dynamique et inventive pour susciter notre intérêt, et permet encore une fois à notre scénariste d’y placer ses pions… Et l’ensemble va littéralement exploser sur les 6 épisodes que composent « Batman R.I.P. ». Morrison convoque tout ce qu’il avait mis en place précédemment (le nouveau Joker, le Gant Noir, Damian Wayne le fils de Batman, l’épreuve du Thögal, les secrets d’Alfred et du père assassiné de Batman, l’héritière d’un pays africain Jezabel Jet, Nightwing et le troisième Robin, le Bat-Mite créé en 1956, le Club des Héros) afin de nous livrer un final d’anthologie auquel Batman ne se remettra pas. Une saga pleine de rebondissements, allant crescendo dans la noirceur jusqu’à un final paroxystique qui en deviendrait presque soulageant. C’est à une véritable danse de la mort que nous invite Morrison, et il en profite pour nous gaver d’un concept très intéressant, qui en dit long sur la personnalité de Batman, sur son intelligence et sur sa méfiance quasi-psychotique : [SPOILER] sa « personnalité de secours ». Une personnalité à court terme qu’il s’est créé au cas où il serait victime d’une intense attaque psychique. [FIN DE SPOILER] Une idée très intéressante, autant dans son développement que sur ce qu’elle dit du personnage de Batman, qui en devient réellement inquiétant. Cette saga très noire est assurément à ranger du côté des grands classiques du plus grand super-héros de Gotham.

 

Malheureusement, cet album excellent d’un point de vue scénaristique est sérieusement handicapé par son dessin. La lourde tâche de mettre en image les scénarios ambitieux de Morrison et de succéder à Andy Kubert et J.H.Williams III revient à Tony Daniel, créateur de la série The Tenth chez Image et que l’on a déjà pu apercevoir aux dessins d’X-Force chez Marvel ou encore de Flash ou Teen Titans chez DC. Personnages aux poses putassières, visages figés et crispés, storytelling parfois confus, profusion de traits ne servant pas à grand-chose, un dessinateur dont le style se rapproche des fameux dessinateurs « Image 90s ». Bien heureusement, son trait profond et précis est assez plaisant, il sait rythmer ses compositions et surtout l’excellente colorisation de Guy Major permet de créer les ambiances nécessaires à l’histoire. Mais on se surprend à imaginer ce qu’un scénario comme celui-ci aurait donné avec un dessinateur de talent, et on attend donc impatiemment l’arrivée de Frank Quitely sur le troisième tome de l’intégrale Morrison !

 

En somme, c’est un réel dommage qu’une histoire de cette ambition et de cette densité soit ternie par des dessins ne lui rendant pas justice. Mais bon, Batman par Morrison, ça reste quand même sacrément jouissif. A se procurer sans hésiter.

Derniers commentaires

  • Y The Last Man t.10
    Hello, Neat post. There's a problem with your site in internet explorer, wo... Suite...
    21/05/17 - 06h33
    Par Guest
  • Policier puis fantastique.
    Hello, Neat post. There's an issue along with your site in internet explore... Suite...
    14/05/17 - 16h14
    Par Guest
  • Glossaire
    This page really has all of the information I wanted concerning this subjec... Suite...
    04/05/17 - 05h14
    Par Guest
  • Glossaire
    I love your blog.. very nice colors & theme. Did you make this website your... Suite...
    04/05/17 - 01h14
    Par Guest
  • Into The Negative Zone
    I see your page needs some fresh & unique articles. Writing manually is tim... Suite...
    30/04/17 - 18h58
    Par Guest
  • Callipygie ?
    Great goods from you, man. I have understand your stuff previous to and you... Suite...
    29/04/17 - 03h17
    Par Guest
You are here: DC Batman Grant Morrison présente Batman t.2 - Batman R.I.P.
icone_rss