Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Joker

Auteur
   Brian Azzarello (scénario), Lee Bermejo (dessin) 
Editeur (Collection)
   Panini Comics (DC Icons)
Date de parution
   Février 2009
Prix
   18€
Nombre de pages
   128
Episodes VO
   Joker graphic novel

 


Le Joker sort de l’Asile d’Arkham, mais il n’est pas content. En son absence, ses amis lascars ont partagé sa part du gâteau et l’ont vendue, pensant qu’il ne reviendrait plus. Mais le Joker est de retour et il est bien décidé à mettre Gotham à feu et à sang, même s’il doit pour ce faire affronter de nouveau son ennemi de toujours... Batman !


Smiling Face

On retrouve cette fois encore le tandem Brian Azzarello - Lee Bermejo qui, après nous avoir gratifiés d’une très bonne mini-série sur un super-vilain de l’univers DC, Lex Luthor, reviennent sur un autre vilain marquant de cet univers, à savoir le Joker, un personnage qui peut se révéler très intéressant s’il est correctement exploité, comme par exemple sur Killing Joke d’Alan Moore et Brian Bolland.

Azzarello ne nous fait pas suivre le Joker dans cette mini-série, mais plutôt un des sbires du Joker, qui va le chercher à l’Asile d’Arkham. Il semble en effet que les docteurs de ce célèbre asile l’aient trouvé assez sain d’esprit pour lui faire réintégrer la société. Assez improbable, mais bon, passons. Le Joker va donc devoir reconquérir son territoire, malmené et divisé entre plusieurs bandes rivales. Et le tout sera suivi sous les yeux de ce témoin embarqué un peu à son insu dans la croisade meurtrière du Joker.

Même s’il se fait plaisir, Brian Azzarello semble néanmoins largement moins inspiré que sur les séries où il a les coudées libres comme 100 Bullets ou encore Loveless. Reste un récit assez sombre, violent, à tendance hard-boiled pas très loin malheureusement de la mouvance grim’n’gritty. Et le plaisir de voir un Joker assez bien croqué, imprévisible et barré comme il se doit, même s’il lui manque ce degré de folie inquiétante qu’Alan Moore savait si bien rendre.

Pour les dessins, Lee Bermejo est, comme à son habitude, très bon. Trait puissant, cassé et minutieux, presque maniaque, storytelling classique mais très efficace, rendu des expressions très maîtrisé, on lui regrettera juste une trop grande rigidité dans les scènes d’actions, mais comme elles sont peu nombreuses ce n’est pas réellement gênant.

En bref, un bon récit noir que nous offre là Azzarello, servi par des dessins très maîtrisé de Bermejo. Fanas du Joker ou de l’univers de Batman, voila un album à posséder. Pour les autres, pourquoi pas ? Mais il y a quand même nettement mieux en rayon.

Derniers commentaires

You are here: DC Batman Batman mini-séries Joker
icone_rss