Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

52, t.3

Auteur
 Geoff Johns, Grant Morrison, Greg Rucka & Mark Waid (scénario), Keith Giffen (storyboard), Chris Batista, Joe Benett, Tom Derenick, Jamal Igle, Phil Jimenez, Drew Johnson, Dan Jurgens, Shawn Moll, Patrick Olliffe, Joe Prado & Andy Smith (dessin)
Editeur (Collection)
 DC Comics
Date de parution
 Septembre 2007
Prix
 19.99 $
Nombre de pages
 304
Episodes VO
 52 #27-39
Correspondance VF
 52 #7-10 (Éditions Panini)

 

Don't miss the third in a 4-volume collection featuring the year-long story that changed the DCU! 52 VOLUME 3, with a new cover by J.G. Jones, contains the lead stories from 52 WEEKS 14-26, plus commentary on each issue by creators and editors, conceptual drawings, sketch material, thumbnails and more!

52: A year without Superman; a year without Batman; a year without Wonder Woman…but not a year without heroes.

Rain of the Supermen

Alors qu'un désastre nucléaire est sur le point d'arriver à Metropolis, Booster Gold meurt tandis qu'il sauve la ville tout en essayant de reconquérir le public qui lui préfère le plus humble Supernova… De son côté, John Irons découvre que Lex Luthor utilise les volontaires du Everyman Program comme de simples marionnettes à qui il peut donner et reprendre leurs superpouvoirs, il s'inquiète pour sa nièce Natasha, mais c'est en fait la jeune Trajectory qui fait les frais du plan de Luthor en perdant la vie… Sur Oolang Island, Will Magnus, le père des Metal Men travaille avec des scientifiques fous à la solde du diabolique Chang Tzu… Au Kahndaq, tandis que The Question et Renee Montoya se lient d'amitié avec Black Adam, ce dernier se marie avec Isis, mais lors de la cérémonie on tente de les tuer et Montoya doit intervenir… Dans les plus lointains recoins de l'espace, Adam Strange, Starfire et Animal Man s'allient avec Lobo qui est en possession de l'œil d'émeraude d'Ekron. Ensemble ils fuient son propriétaire qui compte bien récupérer son bien… Et pour ce qui est de l'Elongated Man, Ralph Dibny, il continue sa quête métaphysique, accompagné par le Dr. Fate…

Arrivé à la moitié de ce marathon hebdomadaire, les quatre auteurs en charge de ce 52 savent maintenant très bien comment gérer les intrigues et le timing de la série. Continuant sur la même voie que précédemment, Geoff Johns, Grant Morrison, Greg Rucka et Mark Waid font évoluer leurs histoires tout en approfondissant le traitement des différents personnages. Maintenant que toutes les trames sont bien lancées sur leurs rails respectifs, les scénaristes prennent plus de temps pour s'épancher sur les protagonistes et leurs ressentis. On notera, évidemment, le superbe développement de Renee Montoya, le lien étroit qu'elle tisse avec The Question, et ce drame qui le touche directement et qui va les faire se rapprocher. Ou savoure aussi la recherche désespérée de réponses d'un Ralph Dibny complètement dépassé par la mort de sa femme. Mais, 52 c'est aussi des moments plus légers et souvent très drôles (les scènes avec les professeurs mabouls de Oolang Island), du comic-book qui sait jouer avec les grands thèmes fantastiques (Booster Gold et les paradoxes temporels), du space-opéra rondement mené (avec Adam Strange et ses compères perdus loin dans l'univers), et bien sûr du super-héroïque plus ''standard'' (Lex Luthor et son Everyman Program)… Enfin bref, il n'y a vraiment pas de quoi s'ennuyer !

Pour la partie graphique, et au risque de se répéter, vraiment rien d'incroyable en vue… Les compositions de pages agencées par Keith Giffen (dont les planches storyboardées sont disponibles, avec les commentaires des auteurs, en bonus à la fin de certains épisodes), servent de cadre à tout un panel de dessinateurs de l'écurie DC. On passe donc d'illustres inconnus qui feraient mieux de le rester pour la bonne santé de nos yeux à quelques autres noms plus célèbres (Dan Jurgens, Phil Jimenez, etc...). Mais, malheureusement, la série ne décolle jamais graphiquement. Notamment à cause d'un storytelling plan-plan qui donne plutôt envie de bailler… Et c'est bien dommage !

Avec des seconds couteaux mis au devant de la scène et des développements d'intrigues parallèles qu'on pourraient comparer au renouveau des séries télés US, ce 52, en dépit de dessins qui ne cassent pas des briques, s'en sort plutôt bien et propose de très bonnes choses… Du super-héroïque innovant et intéressant.

Derniers commentaires

You are here: DC 52 t.3 - Fifty Two Volume Three
icone_rss