Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Scarlet Traces

Auteur
    Ian Edginton (scénario), D'Israeli (dessin)   
Editeur (Collection)
    Kymera
Date de parution
    2005
Prix
    12 €
Nombre de pages
    88
Episodes VO
    Scarlet Traces #1-4 (2003)

 

 

La Grande-Bretagne, bientôt dix ans après la tentative d'invasion de la terre menée par les martiens.
Le royaume est sorti grandi de cette épreuve, il a appris à utiliser la technologie abandonnée par les martiens et à l'intégrer à la vie quotidienne de ses habitants. Mais lorsque les corps de jeunes filles vidées de leur sang s'échouent sur les berges de la Tamise dans l'indifférence la plus totale, deux anciens militaires, le major Robert Autumn et le sergent Archibald Currie, se trouvent malgré eux mêlés à une affaire dépassant largement le cadre de "simples" meurtres.
Des beaux quartiers de Londres aux ghettos écossais et jusqu'à la verdoyante campagne anglaise, nos enquêteurs improvisés vont mettre à jour les dessous d'une société faussement idyllique qui a bâti sa prospérité sur un monstrueux secret.
Bienvenue dans l'ignominie !

H.G.Wells, le retour!!

Scarlet Traces nous raconte ce qui s'est passé en Angleterre après la victoire sur les Martiens, vous savez le roman de H.G.Wells. Ce récit prend donc directement la suite, enfin dix ans après. C'est une Angleterre entièrement transformée par la technologie des Martiens que l'on découvre ici, un monde très steampunk. Mais cette façade d'une Angleterre toute puissante et bienfaisante n'est-elle pas qu'une façade, qui cache en fait de sinistres réalités ?

Edginton, au scénario, nous emmène suivre deux anciens militaires, respectivement devenus aristocrate et majordome, qui vont, à la manière de Sherlock Holmes et de son fidèle acolyte Watson, enquêter sur la disparition inquiétante et impromptue de la nièce du majordome, et vont découvrir au fur et à mesure que cette disparition n'est qu'une goutte d'eau dans un océan d'immondices cachées à la face de tous. Un peu à la manière d'un Ministry of Space de Warren Ellis et Chris Weston, cet Angleterre symbole d'un monde nouveau va progresser dans un sens et tomber dans l'autre.

Le scénario est donc assez prenant, avec l'enquête d'un côté et la découverte d'un univers de l'autre, enchaînant révélations sur révélations jusqu'à une fin que j'ai trouvé légèrement décevante, en tout cas en deçà de tout le développement précédent.

Mais c'est surtout au niveau des dessins que Scarlet Traces vaut franchement le détour : D'Israeli, que je découvre ici, m'a profondément enthousiasmé : des personnages aux visages à la croisée du réalisme et du stéréotype, avec un soupçon de grotesque, un trait épais et puissant, très précis, une narration sans faille et surtout des décors à tomber, qui nous plongent dans cette nouvelle Angleterre et dont chaque image de la ville est une découverte. Les couleurs, très prononcées, rappellent celles utilisées par Frazer Irving et font ressortir le trait de D'Israeli de très belle façon.

A part ça, je ne peux que féliciter Kymera de la qualité de l'édition : papier de très bonne qualité, une dizaine de pages de bonus intéressants, et puis, le livre étant soldé neuf à 6€ sur le site de l'éditeur, pourquoi se priver ?

Une agréable découverte que ce Scarlet Traces, qui nous livre une agréable enquête policière cumulée à la découverte de l'Angleterre d'après le roman d'H.G.Wells, d'un très bon niveau graphique. Reste à me trouver la suite, La Guerre des Mondes, mêmes auteurs et même éditeur.

Derniers commentaires

You are here: Dark Horse Scarlet Traces
icone_rss