Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Fear Agent, t.5 I Against I

Auteur
Rick Remender (scénario), Tony Morre (dessin)
Editeur (Collection)
Dark Horse
Date de parution
Janvier 2010
Prix
14.95 $
Nombre de pages
128
Episodes VO
Fear Agent #22-27
Correspondance VF
Inédit, à paraître (Éditions Akileos)

 

After being shot through the other side of a black hole, Heath Huston finds himself in a shadow universe marooned on the desolate Planet Westx. A stranger in a strange place, the last Fear Agent enters a world populated by gun-slinging robots, venomous mutants, and buxom cowgirls in this six-part sci-fi Western shot through the heart. Creators Rick Remender and Tony Moore reunite to bring you the good, the bad, and the ugly days of Heath Huston, outlaw - It's high noon in dead space!

Le bon, la brute et le truand de l'espace!

Après avoir été projeté à travers un trou noir, Heath Huston se retrouve sur une planète où règne la désolation : Westx. Tel un étranger dans un endroit étrange, le dernier des Fear Agent découvre peu à peu un monde peuplé de fines gâchettes robotisées, de mutants venimeux et de cowgirls aux belles formes… Un univers westernien des plus insolites…

Après un retard de plus de 10 mois (ce I against I était initialement prévu pour mars 2009, et a sûrement été retardé à cause des engagements de Rick Remender envers Marvel), le Fear Agent Heah Huston nous revient dans ce nouveau TPB. Le scénariste de Punisher Dark Reign reprend donc sa création là où il l’avait laissée avec Hatchet Job et nous propose une espèce d’exercice de style assez intéressant. Projetant son antihéros à grande gueule dans une planète peu fréquentable, Remender s’amuse avec les codes du western. Un héros solitaire arrivant en ville, un puissant qui tire les ficelles, une fermière esseulée, etc..., toutes les figures connues des classiques du genre, tout comme le déroulement du récit d’ailleurs, sont ici suivies pratiquement à la lettre. Alors ? Inintéressant et prévisible ? Non car, premièrement, l’auteur adapte ces situations à l’univers de sa série (paradoxe spatio-temporel, humour décérébré, etc...), et deuxièmement, on sent très rapidement qu’il est un grand amateur du style (Huston n’est-il pas un cowboy solitaire et ce, depuis le départ ?) à qui il rend hommage avec passion et humilité. Et quand, en plus, en arrivant sur la fin de cet arc, on se rend compte que Remender est en train de nous préparer un coup dont il a le secret (le cliffhanger !!!), l’amateur de Fear Agent et/ou de western bien emballé ne pourra être que comblé. Du tout bon, comme d’habitude avec cette serie-B très bien ficelée !

Pour la partie graphique, et comme d’habitude, on switch d’un dessinateur à l’autre, et cette fois-ci c’est donc le vieux routard Tony Moore qui s’y colle. Se lâchant bien dans l’abus au niveau des scènes gores et craspecs, l’illustrateur semble toujours autant prendre du plaisir à mettre en scène les aventures de Heath Huston. Par des visages expressifs et drôles, des onomatopées qui dézinguent et un sens du cadre qui fait mouche, Moore s’en donne à cœur-joie. De plus, sa narration certes classique mais dynamique et son trait rugueux et nerveux vont tout à fait dans le sens de cette série qui ne se prend pas au sérieux. Fun et divertissant !

En bref, Remender et Moore sont toujours très en forme et nous proposent un hommage fort sympathique au genre Western adapté à l’univers du plus poivrot de tous les Fear Agent. Un arc qui se lit avec plaisir !

Règlement de comptes à Space-Ok Corral

5ème et dernier tome avant un moment des aventures d'Heath Huston dans l'espace. Rappelons, en effet, que son auteur, Rick Remender, a signé récemment un contrat d'exclusivité avec Marvel (pour qui il écrit notamment la série Punisher War Journal), ce qui met ses projets persos (Fear Agent, donc, et The End League en particulier) en stand-by pour le moment.

Raison de plus pour déguster une des séries les plus rafraîchissantes du moment.

On le savait depuis le début: Heath est un fermier, une sorte de cow-boy de l'espace, un Clint Eastwood de papier. Remender va jusqu'au bout de son idée en nous racontant une histoire se déroulant sur un monde où l'évolution s'est arrêtée à un équivalent de notre far-west américain. Et ce n'est pas parce que Heath s'y sent bien que c'est forcément sans danger ...

Ce volume tranche avec les tomes précédents dans le sens où on a plus l'impression d'avoir affaire à un épisode de Retour vers le futur qu'à un space-opera. Remender, cependant, est très à l'aise avec ce genre de background et semble même s'éclater dans cet environnement, avec un humour féroce toujours aussi présent. Cependant, inexplicablement, cet arc est moins prenant que les précédents, on rentre moins dans l'histoire. Les sentiments sont plus présents et ce genre d'émotion sied moins à la série.

Graphiquement, par contre, c'est toujours aussi impeccable. le pinceau de Tony Moore est toujours affuté, sec, précis, et le changement de décors, de lumières, de couleurs, n'affecte absolument pas son travail.

Un volume légèrement en deça des précédents, mais si vous n'avez pas encore découvert Fear Agent, c'est le moment ou jamais, avec 5 tomes + 1 HS de découvrir une perle du comic-book actuel.

Derniers commentaires

You are here: Dark Horse Fear Agent t.5 - I Against I
icone_rss