Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Fear Agent, t.4 Hatchet Job

Auteur
 Rick Remender (scénario), Jerome Opeña, Kieron Dwyer (dessin)
Editeur (Collection)
 Dark Horse
Date de parution
 Septembre 2008
Prix
 14.95 $
Nombre de pages
 128
Episodes VO
 Fear Agent #17-21
Correspondance VF
 Fear Agent, t.4 Entreprise de Démolition (Éditions Akileos)

 

Abandoned in deep space, near death, and with no hope of rescue, Heath learns the cost of crossing the nefarious pirates of the Centurion Nebula. Meanwhile, back on the moon base a mysterious figure from Heath's past arrives as a harbinger of more hard days for humanity.

L’arrache-cœur de l’espace !

Heath Hudson et les Fear Agents sont forcés de se séparer pour mener à bien deux missions désespérées. Premièrement, dans le but d’éradiquer de la surface de la terre les envahisseurs aliens, mais surtout pour trouver un nouveau foyer pour l’Humanité... Du tréfonds des labyrinthes souterrains habités par les barbares Kipferi, à une planète hantée par sa population de morts-vivants en quête d’âmes fraiches, en passant par les dangereux pirates de Centurion Nebula, les obstacles qui se mettent en travers du chemin de nos héros semblent insurmontables…
 
Avec ce quatrième recueil, et après s’être concentré sur le passé d’Heath Hudson via les flash-back que constituaient The Last Goodbye (TPB 3), Rick Remender reprend les choses où il les avait laissées avec My War (TPB 2). On revient donc sur la storyline principale, avec sous les feux des projecteurs, un gros développement autour de Mara. Et, après le cliffhanger sur lequel le scénariste nous avait laissé pendu depuis plusieurs épisodes, il était plus que temps ! Par quelques pages de flash-back disséminées dans ces cinq épisodes, Remender nous éclaire sur le parcours de son personnage, et les choix issus de son chemin de vie. Bien que pas toujours très originales, ces explications collent bien avec le style de cette femme forte et le ton général de la série. On n’aurait cependant pas craché sur un peu plus de singularité. Pour ce qui est des autres figures, elles ne sont pas en reste. Le triangle Heath, Charlotte et Keith (le nouveau mari) passe à la moulinette et notre héros buveur de whiskey et adorateur de la philosophie alcoolisée de Sam Clemens devant l’éternel, prend acte de révélations bouleversantes concernant son ancien couple et sa progéniture. Mais que les fans d’action et de SF en mode série B bourrine se rassurent, l’auteur ne les a, de loin, pas oubliés ! Comme le résumé le laisse présager, entre toutes les différentes menaces qui pèsent sur les Fear Agents, Rick Remender s’en donne à cœur-joie pour donner du fil à retordre à tout ce beau monde. Entre grosse baston, attaques spatiales et même une scène digne d’un péplum des 70’s, on n'est décidément pas déçu du voyage !

Dans la valse cyclique des dessinateurs, on tombe cette fois-ci sur Jerome Opeña. Bien que plus léger et moins gras que celui de Tony Moore, le trait d’Opeña et tout à fait agréable à suivre. Quant à son storytelling, il ne va qu’en s’améliorant. Preuve en est la superbe mise en image de l’intrusion de Heath et Keith dans les souterrains Kipferi, ou encore la scène d’action qui précède, et beaucoup d’autres encore... Sur les épisodes #20 et #21, le dessinateur ne s’occupe que de l’encrage et des finitions, laissant les roughs à Kieron Dwyer (Captain America Vol.1, Avengers Vol.3, etc.). Moins intéressant qu’Opeña ou Moore, l’artiste arrive tout de même à bien conserver l’esprit de la série en utilisant un character design identique et en essayant de coller au style des deux illustrateurs principaux. Ce qui n'est, de loin, pas le cas de tous les fill-in artists, et qui mérite donc d’être souligné ici.

Avec ce quatrième recueil, Fear Agent atteint sa vitesse de croisière et on peut constater que, dans l’ensemble, Rick Remender maîtrise plutôt bien son sujet. Espérons que le meilleur reste à venir et que le scénariste nous réserve de belles surprises pour la suite !

Ca se complique un peu ...

Bon, je l'ai déjà dit, j'adore Fear Agent. Le 4ème tome ne fait pas exception à la règle. C'est juste qu'on commence un peu à s'y perdre, notamment avec les histoires de paradoxe temporel, et il devient nécessaire d'avoir sous la main ses tomes précédents pour suivre un minimum.

Les Fear Agents sont reconstitués. Ils partent en mission dans l'Espace pour trouver, d'aucuns les prédateurs des Mangeurs, sur leur planète natale, ceci afin de débarrasser la Terre de ces bestioles, d'autres une autre planète hospitalière, susceptible de recueillir les survivants, et faire prospérer de nouveau la race humaine.

Mais voilà, la planète des Mangeurs se révèle redoutable, et l'autre mission est compromise par Mara, dont les objectifs personnels et la soif de vengeance prennent le pas sur l'objectif principal. Ajoutez à cela des références à des événements survenus dans les volumes précédents (notamment un message envoyé dans ce tome, mais reçu dans le Tome 2), et des subplots concernant Heath Huston, et vous aurez compris que ce volume est tout sauf accessible au néophyte.

Cependant, Remender semble savoir où il va. On sent un récit hyper bien construit, avec des actions qui font référence à des épisodes passés, des pistes qui augurent du meilleur, etc ... On est baladés un peu à la manière de la série Lost, ce qui n'est pas une mince référence.

Aux dessins, l'alternance est donc respectée avec la présence de Jerome Opena, comme dans le tome 2, Tony Moore ayant réalisé les tomes 1 et 3. Comme déjà dit, Opena s'est formidablement approprié le bestiaire, les vaisseaux, décors, uniformes, etc ... de la série. Une remarque qui ne m'avait pas frappé à l'époque : ses expressions faciales, notamment les lèvres, font un peu penser à Frank Quitely.

Une très bonne suite à une très bonne série, un tome à réserver à ceux qui ont lu les 3 premiers, cependant. Vite, vite, la suite !!

Derniers commentaires

You are here: Dark Horse Fear Agent t.4 - Hatchet Job
icone_rss