Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Fear Agent, t.3 The Last Goodbye

Auteur
 Rick Remender (scénario), Tony Moore (dessin)
Editeur (Collection)
 Dark Horse
Date de parution
 Mars 2008
Prix
 13.95 $
Nombre de pages
 104
Episodes VO
 Fear Agent #12-15 (correspond à Fear Agent : The Last Goodbye #1-4)
Correspondance VF
 Fear Agent, t.3 Le Dernier Adieu (Éditions Akileos)

 

The origin of the last Fear Agent revealed! Fan favorite creators Rick Remender and Tony Moore reunite to tell the most pulse pounding yarn yet. Tired and broken down, trucker Heath Huston returns home after months on the road to find his troubles have only just begun as Earth is attacked by the three feuding alien races. Within hours nearly every living creature on Earth is obliterated leaving Heath and his wife Charlotte trapped in the middle of a nightmare with nowhere out.

Le rebelle de l'espace !

Épuisé, le routier texan Heath Huston revient chez lui pour retrouver sa famille après de longues semaines de travail. Il croit pouvoir enfin se reposer, mais c'est sans compter sur plusieurs races extra-terrestres qui ont décidé d'utiliser la Terre comme champ de bataille. Quelques heures après l'invasion, quasiment la majorité des humains sont exterminés. Heath, qui a perdu son fils et son père dans le premier assaut, se retrouve seul avec sa femme et quelques Texans. Ils décident alors de former un dernier bataillon de résistance à l'envahisseur… Voici les origines des Fear Agents !

Dans ce TPB, on laisse de côté l'intrigue principale pour se plonger dans les pensées de Heath qui, confronté à ses démons, rumine et ressasse son passé le temps d'un flash-back en quatre épisodes.

Pour cet arc, qui relate les événements qui ont fait Heath Hudson devenir l'homme qu'il est aujourd'hui, Rick Remender se fait plus grave. Qu'on se rassure, le bonhomme ne tombe nullement dans le mélo bas de gamme tout juste bon à écouler des stocks de kleenex chez la ménagère de moins de cinquante ans. Mais pourtant, on sent nettement la différence avec les épisodes précédents. Alors, bien sûr, comme à son habitude, le scénariste mâtine son récit de scènes bien gores et outrancières, ou encore de clins d'œil à tout un pan de la SF (et ce, qu'elle soit littéraire ou télévisuelle, cf. le ''Resistance Is Futile'' emprunté à Cosmos 1999, mais qui fut rendu célèbre par le collectif Borg dans Star Trek - The Next Generation), cependant le ton général est moins à la gaudriole. Par des dialogues bien sentis et des passages plus introspectifs, l'auteur développe son personnage principal en nous montrant un père déchiré par la disparition de son fils, qui noie son chagrin dans le whiskey mais qui, d'un autre côté, ne veut absolument pas baisser les bras et continuer à lutter pour la survie de ceux qui restent. Parallèlement, la création des Fear Agents nous est contée sous la forme d'un superbe hommage aux vieux comics de guerre du Golden Age. Ce recueil ne manque de ce fait pas d'action et les passages plus sombres sont alternés avec des scènes bien bourrines et foutrement jubilatoires dans lesquelles les Dressites et autres Tetaldians donnent du fil à retordre aux rebelles texans. Dans The Last Goodbye, Remender amène donc un peu plus de profondeur à son antihéros, tout en continuant de nous servir une série B aux petits oignons.

Avec le jeu de l'alternance sur cette série, on retrouve ici Tony Moore aux crayons. Pour marquer une différence entre présent (les premières et dernières pages) et passé (qui constitue l'essentiel du récit), mais aussi pour coller à la tristesse mêlée de rage d'un Heath Hudson qui repense à sa famille et ses amis disparus, Moore trace les cases du flash-back à main levée. Ce parti-pris en sus du trait rugueux et nerveux de l'artiste colle parfaitement à l'ambiance frénétique de l'œuvre. Au niveau de ses compositions de pages, le dessinateur reste dans le classique mais sert néanmoins très bien l'histoire avec rythme et dynamisme. Comme à son habitude (The Walking Dead, The Exterminators), Tony Moore ne déçoit pas et on se réjouit de pouvoir apprécier la suite des ces travaux.

Cet arc n'étant pas essentiel à la compréhension globale de l'intrigue principale, on pourrait très bien le sauter et lire directement le TPB suivant. Mais ce serait passer à côté d'un très bon épisode d'une très bonne série B.

Dieu crée, l'Alien détruit

Troisième tome VF de Fear Agent, et retour sur les "origines" du perso de Heath Huston, avec le récit de l'invasion de la Terre par les Tétaldiens et les Dressites. On a donc droit à un récit de guerre, de résistance contre un envahisseur mieux armé, comme on a pu en lire et voir plusieurs. Il y a des références à Nick Fury and his Howling Commandos, Terminator, la Guerre des mondes et autres dans cet album. Tony Moore m'a confié à Angouleme que ce tome était son préféré. Et bien, je partage tout à fait son avis.

Rick Remender nous sert un récit haletant, bourré d'action à ras la gueule, gorgé d'émotions, et caractérisé aux petits oignons. On sait, enfin, qui est Heath Huston, et pourquoi il est Heath Huston. On comprend son désir de repentir, qui l'a poussé à vouloir changer la passé de la Terre et, surtout, SON propre passé. Un récit poignant, une franche réussite.

Aux pinceaux, on retrouve, donc, Tony Moore. Et on sent la motivation du garçon. Ses dessins sont remplis de détails, très expressifs, très immersifs. Là aussi, les compositions de pages sont très classiques, mais nous entraînent avec délectation dans l'histoire, sans qu'on puisse s'arrêter avant la fin. Et là, démarre la frustration avant le prochain tome ...

Le meilleur volume, jusque là, d'une  excellente série.

Derniers commentaires

You are here: Dark Horse Fear Agent t.3 - The Last Goodbye
icone_rss