Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Something big…

Suite à une expérience scientifique qui tourne mal, un reptile géant attaque Tokyo. Après que l'armée ait été décimée en seulement quelques heures, le gouvernement envoie Rusty The Boy Robot au combat. Cette petite prouesse technologique est la dernière ligne de défense du Japon, mais le jeune robot inexpérimenté échoue dans sa tâche. Acculé dans les cordes et à deux doigts d'être effacé de la carte, le Pays du Soleil Levant demande alors l'aide des Forces Armées Américaines et de leur arme secrète : Big Guy…

Si vous cherchez une histoire solide et avec du fond, vous pouvez tout de suite passer votre chemin ! En effet, avec ce The Big Guy And Rusty The Boy Robot, Miller ne livre clairement pas son scénario le plus abouti. Alors, certes, ce récit aux forts relents de kaijû eiga (les films de monstres nippons : Godzilla, Gamera, Mothra, etc...) titillera sans aucun doute la fibre des fans du genre avec ces références qui feraient craquer n'importe quel lézardophile averti, moi le premier, et même les autres plus blasés. Mais le problème, c'est que tout ça ne suffit pas à faire une bonne histoire. Car, malheureusement, Frank Miller se contente ici du minimum syndical avec une trame principale éculée et sans surprise, et surtout un traitement des personnages proche d'un néant abyssal. On aurait pu espérer bien mieux de la part de cet auteur !

Aux dessins, c'est tout autre chose ! Geof Darrow nous offre des planches de toute beauté devant lesquelles on reste la bouche grande ouverte, la langue pendue, parfois même jusqu'à s'en décrocher la mâchoire ! Avec son trait précis et ce style si fouillé dans les détails (tellement que ça doit être l'effet secondaire d'une maladie mentale encore inconnue), l'artiste arriverait presque à faire totalement oublier la pauvreté scénaristique de l'œuvre. En plus de cela, le choix des cadrages et les compositions de pages ne sont vraiment pas en reste ! Et quand, en plus, l'illustrateur s'amuse avec les éléments d'arrière-plan des décors pour les faire interagir avec le monstre et le robot qui se battent dans la capitale nippone (soit comme accessoire, soit comme effet d'optique pour donner une tête ''humaine'' à Big Guy par exemple), le lecteur en a finalement pour son argent. A noter qu'il existe également une version over-sized (11 3/4" x 15 3/4") en noir et blanc et sans dialogue qui doit, a priori, permettre de pleinement apprécier l'excellent travail de Darrow sur cette minisérie.

En résumé, The Big Guy And Rusty The Boy Robot est un comic-book que l'on appréciera plus pour les excellents dessins de Darrow plutôt que pour le scénario très léger de Miller…

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Derniers commentaires

icone_rss